Info-Palestine.eu
Proche-Orient.net

MISE A JOUR : mercredi 22 octobre 2014 - 07h:41

Les athlètes féminines brisent les obstacles à l’intérieur, comme à l’extérieur de Gaza

jeudi 29 septembre 2011 - 07h:08

Rami Almeghari - The Electronic Intifada

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Une équipe féminine de tennis de table quittera Gaza en direction de la Jordanie pour prendre part au tournoi Arabe international de tennis de table, prévu pour le mois d’octobre.

JPEG - 45.6 ko
Sur la photo : l’équipe féminine gazaouie de tennis de table avec son entraineur et les administrateurs. (Shadi Alqarra / The Electronic Intifada )

Le groupe qui se compose de quatre sportives solides s’apprête à effectuer son premier voyage depuis les mesures de fermeture strictes et sévères imposées par Israël en 2007.

Ce tournoi est un évènement annuel, organisé par la Fédération Arabe de Tennis de Table. S’agissant de l’équipe de Gaza, le départ prévu intervient alors que les autorités égyptiennes aient permis un léger assouplissement des conditions sévères établies au niveau du Passage frontalier de Rafah. En effet, ce dernier est l’unique moyen de quitter la Bande de Gaza, en dehors de ceux qui se trouvent entre le territoire côtier et Israël.

En me rapprochant de l’équipe qui se s’entrainait à Al-Jazeera, le Club Sportif de Gaza, j’ai rencontré Ruba al-Zubaidi, une maman de deux enfants et âgée de 31 ans. Elle a raconté à The Electronic Intifada : « Quand j’étais encore une enfant, mon père ne cessait de nous encourager à jouer au tennis de table ; il nous a même acheté une table de tennis pour pouvoir jouer à la maison ».

Elle ajoute, non sans un ton de gaieté : « En 1991, alors que l’Irak était en guerre, l’occupation israélienne avait interdit à toute la population de Gaza de mettre le nez dehors. Nous étions donc enfermés dans nos maisons, mais ce fut une belle occasion pour moi de pratiquer mon sport favori ». Et c’est en 1996-1997 que commençait la carrière sportive internationale d’Al-Zubaidi, lorsqu’elle représentait les universités palestiniennes au championnat organisé en Jordanie.

Originaire de Deir al-Balah, une ville du centre de la Bande de Gaza, Al-Zubaidi souligne que malgré le conservatisme croissant à Gaza, les femmes doivent quand même pratiquer et s ?investir dans le sport.

La sportive fait remarquer que les gens sont ceux qui établissent et fixent les us et coutumes dans une société donnée. A cet égard, elle note : « Comme vous pouvez le constater, mon mari n’a émis aucune objection par rapport à mon sport favori, et il m’autorise à le pratiquer. Il existe entre nous un respect mutuel. Franchement, les femmes à Gaza ne doivent plus être marginalisées. C’est déjà assez que nous vivions sous le siège ».

Cesser d’ignorer l’égalité des droits

Al-Zubaidi souhaite que sa fille de dix ans suive ses pas et se mette à pratiquer le sport jeune. L’athlète reconnait : « J’espère que la chance croise son chemin afin qu’elle puisse, comme moi, pratiquer ses activités favorites, pourvu que notre communauté cesse d’ignorer l’égalité des droits et chances entre les femmes et les hommes ».

Parmi les membres de l’équipe, Hadeel Saba. Originaire de Gaza City, et du haut de ses 13 ans, Hadeel est la plus jeune du groupe. Elle a fait ses premiers mouvements de jeu au sein de l’Association des Jeunes Chrétiens de Gaza.

Quant à Reem al-Zaeem, 23 ans, diplômée en informatique, et qui partage le même enthousiasme que ses coéquipières, elle raconte : « J’ai commencé ma carrière e jouant au lycée, puis à l’université. Nous avons commencé nos entrainements dans ce club il y a cinq semaines et nous avons hâte à prendre part au prochain concours ».

A ce titre, elle n’omet pas de souligner le rôle encourageant joué par sa famille pour soutenir ses efforts. Elle reconnait : « Les traditions de notre société ne tolèrent pas notre implication dans ce type d’activités, mais ma propre famille m’a été d’un soutien très précieux et m’a encouragée à jouer au tennis de table librement et sans entraves », et d’ajouter : « Mon souhait le plus cher, si Dieu le Veut, est de pouvoir, dans l’avenir, représenter la Palestine dans d’autres compétitions à l’échelle planétaire ».
La quatrième coéquipière est âgée de 28 ans et s’appelle Yasmine Eliyan.

Pour sa part, l’entraineur de l’équipe, Khamis al-Habet aspire à ce que le sport féminin à Gaza jouisse de meilleures conditions. « Actuellement, explique-t-il, l’équipe s’entraine seulement deux heures, trois fois par semaine. C’est pourquoi, j’ai entrepris des contacts avec le club sportif égyptien d’Al-Ahly pour savoir s’il y a une possibilité d’accueillir mon équipe pendant quatre jours durant lesquels, elles seront soumises à des entrainements intensifs avant le début des championnats ».

Il conclut : « C’est la première fois que notre équipe participe à un championnat international. Nos sportives auront sans doute à jouer contre de redoutables et très efficaces joueuses chinoises ».

Encourager l’athlétisme féminin à Gaza

L’histoire du sport retiendra les noms des pionnières gazaouies, à l’instar de Sanna Abubkheet. Elle était la première et seule femme dans un groupe de trois athlètes qui a représenté la Palestine aux Jeux Olympiques d’Athènes de 2004.

A l’époque, les souffrances de l’athlète avaient fait les unes des journaux du monde entier. Elle était contrainte de s’entrainer dans les conditions les plus sévères, sans sponsors et avec une seule paire de souliers de course et vêtue d’un survêtement long pour couper court aux critiques et reproches des gens de la ville. Aujourd’hui, les conditions demeurent les mêmes et les mentalités inchangées puisque les femmes athlètes se heurtent toujours à beaucoup de barrières.

Le Club Sportif d’Al-Jazeera a été fondé en 2007 par un groupe d’hommes d’affaires locaux et est agrée par le Ministère de la jeunesse et des sports, contrôlé par le parti du Hamas.
Dans ce cadre, The Electronic Intifada s’est dirigé vers le directeur du club, lui-même un ancien athlète bien connu à Gaza.

Ali al-Nazli a évoqué le développement du sport féminin dans le territoire, affirmant que l’athlétisme féminin dans la Bande de Gaza a été confiné et restreint dans des endroits fermés comme les salles de gym et certains clubs ou associations féminines. Ainsi, à cause des normes sociales conservatrices établies à Gaza, les femmes ne doivent pas pratiquer le sport, encore moins s’entrainer en public.

Il poursuit : « Nous nous réjouissons d’être le tout premier club de Gaza a avoir pris cette initiative. Durant les deux dernières années, nous avons organisé plusieurs activités sportives, comme les cours de natation dans des espaces fermés. Nous avons aussi veillé à ce que les femmes soient entrainées par des femmes, et nous avons réussi à entrainer plus de 150 femmes, tous âges confondus ».

A présent, confirme al-Nazli, le club a reçu l’approbation du Ministère de la jeunesse et des sports quant aux activités du club consacrées aux femmes. Il s’enorgueillit d’avouer : « Nous avons réussi à briser les obstacles et barrières qui entravent l’émancipation du sport féminin à Gaza ».

De retour chez l’équipe, Ruba al-Zubaidi et ses coéquipières ne se laissent pas décourager par les défis qui les attendent, car le dessein est bien plus significatif : « Nous sommes fières de prendre part à un tel championnat, et réussir à sortir du blocus israélien imposé à Gaza ».

* Rami Almeghari est journaliste et conférencier universitaire vivant dans la bande de Gaza.

Vous pouvez le contacter à : rami_almeghari@hotmail.com.

Du même auteur :

- Gaza espère une réelle unité, et pas seulement des paroles - 14 mai 2011
- Une famille gazaouie pleure son fils tué par un obus israélien - 10 avril 2011
- Gaza célèbre la chute de Moubarak - 17 février 2011
- Deux ans après, les familles de Gaza se souviennent de l’horreur de l’attaque israélienne - 4 janvier 2011
- L’aviation israélienne détruit une laiterie dans Gaza - 28 décembre 2010
- Révélations d’un garçon utilisé comme bouclier humain par les soldats israéliens - 14 octobre 2010
- Mon fils, témoin des horreurs de Gaza à quelques jours de son anniversaire - 7 octobre 2010
- L’unité nationale reste hors de portée sous l’occupation - 2 juillet 2010
- Au passage de Rafah :
l’espoir et l’anxiété
- 15 juin 2010
- Le chagrin d’une mère - 11 février 2010

26 septembre 2011 - The Electronic Intifada - Vous pouvez consulter cet article à :
http://electronicintifada.net/conte...
Traduction de l’anglais : Niha


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.